Jane Pannier

L’histoire de l’association

L’association actuelle Maison de la Jeune Fille-Centre Jane Pannier est le fruit de la fusion de deux associations marseillaises bien connues :
La Maison de la Jeune Fille.
Le centre d’accueil féminin Jane Pannier.

histoire de la maison de jeune fille L’histoire de la Maison de la Jeune Fille

La Maison de la Jeune Fille a été fondée en 1919 par une protestante, Ernestine Schloesing, afin de prévenir la prostitution dont sont victimes les nouvelles arrivantes en ville.
Comme en témoignent les quelques éléments de sa biographie, cette dernière a été une féministe marseillaise et une militante engagée dans les œuvres de bienfaisance destinées aux jeunes femmes vulnérables :
– en 1915, elle est présidente de « l’Entraide Féminine », le plus important groupement de l’époque qui a pour vocation de porter assistance aux femmes seules en difficultés.
– Elle organise une école féminine d’initiation civique et sociale afin d’assurer l’avenir professionnel des jeunes filles.
– En 1916, elle fonde la section de lutte contre l’alcoolisme au sein de cette même organisation.
– En 1925, elle devient vice-présidente du Conseil National des Femmes Françaises (le CNFF).

L’histoire du Centre d’Accueil Féminin Jane Pannier

Le Centre créé en 1948 a été fondé en hommage à l’œuvre de Jane Pannier, fille ainée de Ernestine Schloesing, par sœur Renée Keller, émue par le sort dramatique des femmes à la rue.
En effet, Jane Pannier (1876 –1944) et son mari Pasteur se sont investis d’abord auprès des étudiants puis auprès des démunis. Ainsi :
– En 1911, Jane participe à l’ouverture d’un foyer et d’une école supérieure religieuse et sociale.
– De 1931 à sa mort en 1944, elle préside les Unions Chrétiennes des Jeunes Filles et siège à ce titre au Comité d’Alliance Universelle.
– En 1939, elle cofonde le Comité Inter Mouvement qui deviendra la CIMADE dont elle sera la première Présidente.
– En 1958, le Centre devient association « loi 1901 » et a une capacité d’accueil et d’hébergement de 14 places.

L’histoire de notre association

– En 1995, le Centre d’accueil féminin Jane Pannier fusionne avec La Maison de la Jeune Fille pour donner naissance à la nouvelle entité juridique nommée « Maison de la Jeune Fille – Centre Jane Pannier », déménage au 1 rue Frédéric Chevillon et gère un centre d’hébergement d’urgence.
– En 1998, l’association obtient l’agrément pour sa transformation en centre d’hébergement et de réinsertion sociale (C.H.R.S) de 30 places. Une équipe de professionnels se met en place.
– En 2005, ouverture d’un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) de 32 places et en 2007 un Hébergement d’Urgence pour Demandeurs d’Asile (HUDA) de 20 places.
– En 2006, création d’un service de Lits Halte Soin Santé (LHSS) d’une capacité de 5 places adossée au CHRS.
– En 2008, ouverture de la pension de famille l’Oustaou de Jane pour l’accueil de 27 femmes en nécessité de logement individuel accompagné.
– En 2015, reprise du CHRS « Claire Joie » dédié à l’accueil de 20 jeunes femmes.
– En 2016, ouverture d’une résidence accueil « Le Moulin » dédiée à l’accueil de 20 femmes en situation de handicap psychique.
– En 2017, fermeture de l’HUDA et agrandissement du CADA à 85 places dont 30 pour personnes à mobilité réduite.


cssxhtml